Événements

Prochains rendez-vous

Logo Dolce 2 01 septembre 2014 : début de l’opération Dolce : à la découverte du dessert italien. Il s’agit du premier partenariat du Club Criollo avec le site internet L’Italie à Paris pour la valorisation de la pâtisserie italienne auprès du public parisien et français. Un espace spécifique est consacré à cette opération dans le site internet du Club Criollo pour y adhérer et obtenir plus d’informations.

VILLA BONAPARTE
10 octobre 2014 : 4e Séance de dégustation du Club Criollo. L’événement se déroulera à la Villa Bonaparte, siège de l’Ambassade de France près le Saint-Siège.
Maîtres chocolatiers italiens invités: Daniele dell’Orco (Cacao Crudo) et Marco Rinella (Cristalli di Zucchero).
Maîtres français invités: Frédéric Cassel, Richard Sève et Eric Vergne
La dégustation proposera une création surprise offerte aux membres et aux invités du Club Criollo par la Maison Pierre Hermé.

Événements réalisés

Séance Farnèse – Palais Farnèse – Rome – 18 octobre 2013

63 Club Criollo - séance Farnèse - Hercule de dos et salon

Un goût inoubliable d’été indien pour l’inauguration du Club Criollo! Sous le regard solidaire de l’Hércule far- nésien, plus de 100 personnes entre chocolatiers, membres et invités, ont affronté l’épreuve suprême de la dégustation. Malgré la grève du trafic aérien et une ville qui s’apprêtait à vivre un week-end de manifestations anti-gouveramentales, le plus grand salon de l’ambassade de France à Rome, le Salon d’Hércule, accueillait les passionnés de Chocolat, ainsi qu’une sélection très soignée de chocolatiers français et transalpins. Pierre Hermé et Jean-Paul Hévin pour la France et Iginio Massari, Amedei, Fatamorgana et Quetzalcoatl Chocolatier pour l’Italie. Les désordres du secteur des transports ont malheureusement privé la soirée de la présence de Fabien Rouillard de la Maison Fauchon et de Franck Daubos, bloqués aux aéroports parisiens et que le Club a immédiatement invités aux prochains rdv prévus pour le 28 mars 2014 à l’Institut Italien de Culture de Paris et le 8 mai 2014 dans les salles du Sofitel Villa Borghèse de Rome.
Une soirée qui, au nom du Chocolat, à réuni spécialistes, curieux et néophytes de l’ ‘’Or aztèque’’ et des échanges dans le sens le plus large entre Rome et Paris, entre la Péninsule et l’Hexagone, dans le signe de la qualité, de la découverte réciproque et du plaisir partagé. Les sujets maîtres de la soirée ont été le cacao, le chocolat, la pâtisserie, tout comme le patrimoine culturel et humain, la beauté et l’excellence. A commencer par l’endroit extraordinaire qui accueillait l’événement, comme l’a souligné l’ambassadeur français, Alain Le Roy, qui non seulement a mis exceptionnellement à disposition du Club Criollo le Salon d’Hércule remanié par Michel-Ange à la morte de l’architecte Sangallo, mais il a aussi ouvert à la visite la salle des Fastes Farnésiens, son célèbre bureau peint à la fresque par Salviati et les frères Zuccari, des salons de réceptions privés de l’aile est de la résidence diplomatique, la terrasse sur la Via Giulia, ainsi que le jardin et la sublime Galerie des Carraches, qui sera bientôt fermée pour des travaux de restauration.
Un lieu historique dans lequel a eu toute sa place l’intervention de Antonio Paolini, journaliste et œnologue italien expert en histoire de la gastronomie, qui sous le logo du Club Criollo dessiné par l’excellente auteure de bande dessinées et roman graphiques Sara Colaone, a raconté le parcours du chocolat à Rome depuis le 17e siècle. Une narrations rythmée par des célèbres papes inquisiteurs qui détestaient au début le nouveau breuvage arrivé du Nouveau Monde, mais cèdent en suite aux pressions de cardinaux très influents et gourmands qui recherchent du réconfort physique et spirituel après la célébration des messes. Une arrivée du chocolat dans la Ville Éternelle qui déchaîne l’énième querelle entre Dominicains et Jésuites à propos de la probité de la nouvelle tentation, qui va bientôt influencer la cuisine populaire romaine qui mélangera le cacao à la viande dans la célèbre recette de la Coda alla vaccinara (ragoût de queue de bœuf mijoté) et transforme l’innocente tasse en un instrument de corruption de prélats autrement inatteignables ou en plaisir d’inquisiteur à siroter pendant les supplices. Naturellement, la plume de Gioacchino Belli saura rendre immortelle cette pratique peu pieuse dans son sonnet ‘‘La porteria der convento‘‘ (La Conciergerie du couvent).
L’ensemble a sublimé la dégustation des excellentes créations chocolatées, le cœur de la soirée. Le couple de fondateurs du Club Criollo, Bénédicte de Chambure et Domenico Biscardi a coordonné et animé le déroulement d’un événement qui a proposé des artistes exceptionnels du cacao dans un esprit d’appréciations réciproque. La sensualité et la générosité de l’approche italienne et le goût pour l’expérimentation et la rigueurs français ont été les caractéristiques unanimement soulignées par les commentateurs. Des éléments qui dépassent d’ailleurs l’eonogastronomie et que l’on retrouve dans plusieurs secteurs d’expressions créative des 2 pays. Une atmosphère évidente d’ouverture et de volonté de compréhension de ce qui se fait d’un côté et de l’autre des Alpes.

Le Club Criollo part du bon pied, les objectifs les plus importants ciblés par ce premier rendez-vous paraissent pleinement atteints : créer un pont constant entre collègues chocolatiers des 2 pays, proposer aux membres du club un choix de qualité, transmettre au grand public le message de l’importance du bon chocolat . Un point, ce dernier, qui a sollicité l’intérêt de la presse présente à Rome, italienne et française, du Figaro au Gambero Rosso, en passant par l’Espresso et le magazine spécialisé Pasticceria Internazionale, parmi les autres.
Pralines françaises croquantes à base de noisettes piémontaise, packaging italiens inspirés des modèles français: le dialogue est déjà établi ! Il faut maintenant le valoriser et mieux le comprendre comme symbole du lien très diversifié qui unit les 2 nations et qui cache encore beaucoup de surprises.
Au succès de cette première rencontre marquée par la douceur du climat romain et par des températures de fin d’été suit maintenant le défi de garder un niveau élevé dans l’organisation des prochains événements. Les 2 prochaines étapes du 28 mars 2014 à l’Hôtel Galliffet siège de l’Institut Italien de Culture à Paris et 8 mai 2014 auprès de l’élégant Sofitel Rome Villa Borghese à Rome promettent des lieux extraordinaires et des délices aux menus sucrés, dont l’annonce a reçu l’accueil chaleureux des nombreux membres qui ont adhéré au club, conscients du rôle actif que chacun d’entre eux devra jouer pour la vie du Criollo.

Séance Galliffet – Hôtel de Galliffet – Paris – 28 mars 2014

4 Club Criollo - séance Galliffet - Salon des fêtes - piano

Un air de printemps parisien particulièrement doux et les salons 18e de l’Hôtel de Galliffet ont accompagné le 28 mars 2014 la deuxième dégustation du Club Criollo, le premier club franco-italien d’amateurs de Chocolat. L’Institut Culturel Italien de Paris a accueilli plus de 100 participants à cette rencontre entre les excellences françaises et italiennes dans le domaine de la Chocolaterie réunies dans les lieux où au 19e siècle Talleyrand et Carême prônaient la politique française à travers des fêtes somptueuses et des banquets exquis.

Une soirée sous le signe du Bon et du Beau, inaugurée par le discours de bienvenu de Marina Valensise, directrice de l’Institut, sensible à la diffusion et à la rencontre des grands talents gastronomiques, et rythmée par le talent de Luigi Biasetto, Guido Castagna et Domori pour l’Italie et Pascal Caffet, Franck Kestener et Pascal Le Gac pour la France. Ils ont proposé tous une sélection de leurs produits pour poursuivre le dialogue sucré entre les 2 pays, que le club Criollo a lancé en octobre 2013 avec son inauguration au Palais Farnèse de Rome.

A la présence de Giada Magliano, femme de l’Ambassadeur d’Italie en France, des membres, des invités, des journalistes et des représentants d’importants distributeurs, comme les Grands Magasins Lafayette Gourmet, Bénédicte de Chambure et Domenico Biscardi, co-fondateurs du Club Criollo, ont ouvert une soirée de découverte qui a séduit les sens et l’esprit.

Au delà de la dégustation, qui a vu défiler pralines, ganaches, giandujotti (les bonbons au Chocolat de Turin), tablettes et gâteaux,, cette fois-ci le Club Criollo a aussi prêté attention au côté pédagogique de l’événement à travers un parcours de dégustation sensorielle et l’intervention de Valentine Tibère, chocolatologue, experte d’Amérique Centrale et du Sud et auteure du volume Les routes du Chocolat : le Mexique, laquelle a dévoilé le rapport fascinant que les mexicains entretiennent avec le Chocolat et a expliqué les scenarios futurs du marché du cacao face à la pénurie de la matière première prévue pour les prochains années à cause de l’augmentation de la consommation de la part des pays en voie de développement et de la réduction de la production en Afrique occidentale subsaharienne.

L’atmosphère feutrée du palais parisien, idéale pour réunir une telle assemblée d’épicuriens, a fait émerger une des caractéristiques principales du Club Criollo, c’est-à-dire celle du plaisir de la conversation entre convives, qui a ponctué la soirée en guise de commentaire de la dégustations et a contribué a fortifier davantage les rapports qui s’instaurent au fur et à mesure entre les participants. Si les italiens ont souligné les associations originales et inattendues des maîtres chocolatiers français, les membres parisiens ont apprécié la capacité italienne de dompter le cacao en le transformant, même à très haute concentration, en quelque chose de rond et suave, dans un crescendo rossinien couronné par la Torta Sette Veli (Desserts Sept Voiles) avec qui Luigi Biasetto avait conduit l’équipe italienne à la victoire lors de la Coupe du Monde de pâtisserie en 1997 à Lyon.

La presse française et italienne ont mis en valeurs ces aspects et ont suivi depuis le projet Criollo avec attention depuis le départ, en saisissant l’importance d’un lieu de dialogue entre 2 cultures dans un cadre européen et à une époque de fragilité des rapports internationaux.
La prochaine étape de ce parcours de dégustation amènera les membres et les amis du Club Criollo le 8 mai prochain à Rome dans les salles du Sofitel Villa Borghese, où, entre les traces du Caravage et la célèbre terrasse sur les toits du centre baroque de la capitale, les talents et l’art extraordinaire du Chocolat seront à nouveau à l’honneur.

Séance Sofitel Borghèse – Hotel Sofitel Rome Villa Borghese- Rome – 8 mai 2014

2 Club Criollo - séance Sofitel 2014 - programma su tavolo

Le 8 mai dernier le Club Criollo, le premier club franco-italien de passionnés de Chocolat s’est réuni à nouveau à Rome. Une nouvelle rencontre pour un nouvel échange entre talents italiens et français sous le signe de l’excellence. Dans les salles luxueuses de l’hôtel romain, bâti sur les lieux où le Caravage se réfugiait pendant le chantier sont chantier de peinture de la Villa Ludovisi, les membres, les néophytes, les pâtissiers, les chefs et les journalistes se sont retrouvés pour mieux connaître ce qui se passe d’un côté et de l’autre des Alpes en matière de travail sur le cacao.

Après l’inauguration au Palais Farnèse au mois d’octobre 2013 et le deuxième rendez-vous parisien dans l’Hôtel de Galliffet siège de l’Institut Culturel Italien, le Club Criollo marque avec ce troisième épisode au Sofitel Rome Villa Borghese une nouvelle étape de son parcours. Une soirée rythmée par trois moments différents, liés par le plaisir de la découverte et du partage. Pendant le premier, dans le lobby de l’hôtel, les conviés ont assisté à la présentation des chocolatiers et, grâce à la participation de Mathilde Cortey-Lemaire, spécialiste de littérature libertine, ils ont voyagé dans le temps, vers ce 18e siècle dans lequel Casanova et De Sade, parmi les autres, ont créé une partie importante du mythe érotique et sensuel du Chocolat, vu comme boisson aphrodisiaque et revigorante. Sollicités par les contes rocambolesques du Settecento français, les invités ont trouvé en suite leur place dans les salles Bologna et Florence pour la véritable dégustation. Franck Daubos et Christophe Bertrand (A la reine Astrid) pour la France et Marco Colzani (C/Amaro) et Fabrizio de Mauro (SAID) pour l’Italie, ont animé un moment intense de découverte de saveurs. La tradition française de la ganache, revisitée à travers des associations inédites à base de citron vert et basilique, a côtoyé la ricotta romaine sublimée par SAID et le chocolat essentiel et précieux de Marco Colzani, auquel pour la première fois depuis son inauguration le Club Criollo a commencé à associé un distillé, une grappa Petit Verdot de la Maison Il Casale del Giglio. Marco Colzani qui a aussi annoncé pendant la soirée sa nomination comme représentant de l’artisanat gastronomique lombard au sein de l’Expo 2015 à Milan. Chaque détail a été soigné au nom d’une qualité sans compromis, comme le pain, un élément important de la dégustation, réalisé pour l’occasione par Gabriele Bonci. Le troisième temps a été scénographique et oenogastronomique, grâce à la terrasse de l’hôtel, récompensée en 2013 comme la plus belle terrasse hôtelière d’Europe avec aussi sa vue superbe sur la Ville Eternelle, aux créations salées du chef Giuseppe d’Alessio et aux vins de Il Casale del Giglio. Une soirée qui a confirmé l’approche sincère, naturelle et élégante avec laquelle le Club Criollo veut construire le dialogue entre italiens et français à travers le Chocolat. Un dialogue qui est aussi multisensoriel dans le but de célébrer les savoir-faire dans lesquels les 2 pays excellent.